Bienvenue à FONTAINE-FOURCHES

                                                                                          ▼                                                                                                   "Fontaine-Fourches est la commune francilienne la plus éloignée du centre de Paris." WIKIPEDIA
                                                                           Les hyménoptères

                                                             Leur ordre inclus les guêpes, les abeilles, les frelons et les bourdons.
   Ces insectes sont caractérisés par :

- 2 paires d’ailes solidaires pendant le vol
- un corps divisé en trois régions : la tête, le tronc et l’abdomen
- un appareil venimeux situé à l’extrémité postérieure de l’abdomen qui comprend un aiguillon mobile connecté à une paire de glandes venimeuses
   NB :  Le mâle hyménoptère ne possède pas d’appareil venimeux : il ne pique donc pas.
   La famille des apidés :  ses membres ont un corps velu.
- L’abeille (Apis),  possède un dard  barbelé relié aux muscles de l’abdomen. L’abeille ne pique que si elle est dérangée dans son travail ; elle ne pique qu’une seule fois car une partie de son abdomen, arraché avec le dard, entraîne sa mort.
- Le bourdon (Bombus), plus volumineux et plus velu, reconnaissable à son bruit,  pique mais ne laisse pas de dard.
 
   La famille des vespidés  :  ses membres ont un  abdomen jaune rayé ou taché de noir, fusiforme à l’arrière et séparé du thorax par un rétrécissement marqué.
- La guêpe sociale (Vespula) mesure 15 mm vit dans des nids de quelques centaines à quelques milliers d’individus. Elle se nourrit de larves de mouche et d’autres insectes et joue de ce fait un rôle important dans l’écosystème. Les guêpes sont attirées par les fruits, le sucre et la viande. Les guêpes femelles possèdent  un dard et peuvent piquer plusieurs fois.
- Le frelon (Vespa),  proche de la guêpe, mesure 35 mm et peut piquer plusieurs fois. Ses piqûres, très douloureuses, peuvent être redoutables             

                                                             Le dard, appareil vulnérant

Un insecte qui utilise son dard exerce une forme de défense contre une menace perçue, contre lui-même ou contre sa colonie.
Un insecte piqueur, lui, se nourrit de sang : c’est la salive anti coagulante qu’il injecte qui provoque des démangeaisons.  
Guêpe : son dard, très lisse, comme celui du frelon, ne reste pas dans la peau : la guêpe peut donc encore piquer.
Son venin est un mélange complexe de composés chimiques.
Abeille : le dard reste souvent enfoncé dans la peau, et le sac à venin, qui lui reste attaché, continue à libérer le venin responsable de la douleur ; essayez de le retirer le plus rapidement possible sans presser la glande à venin, faute de quoi c’est l’ensemble du venin qui sera injecté : le muscle, en effet, continue d’actionner la pompe pendant plusieurs secondes.
  Le venin d’abeille est composé à 85% d'eau. Les 15% restants constituent un mélange à dominante acide qui contient 3 enzymes dont l’addition est responsable de la réaction inflammatoire et de la douleur aigüe après la piqûre et un liquide basique qui assure la dilution nécessaire à la fluidité et à la lubrification du dard. 

                                                                            Réduire la virulence de la douleur
L’idéal est de disposer d’une pompe à venin (Aspivenin) pour éliminer le venin.
Faute de pompe, on peut en activer la propriété thermolabile (modification par une élévation de température) pour en diminuer les effets : approchez la plaie d’une source de chaleur (briquet, sèche-cheveux-cigarette), sans toucher la peau, ou placez sur la lésion un coton imbibé d’eau chaude (ou réchauffé, dans l’urgence, au micro-onde).
NB : Placer un glaçon n'a aucune action et peut, au contraire, consolider la présence du venin.

                                                                                     Soulager la douleur.
  Guêpe :
- appliquez directement sur la piqûre 1 goutte d’huile essentielle de lavande aspic ( Lavandula latifolia ou Lavandula spica ) directement sur la piqûre. Tamponnez pendant 2 à 3’.
Ou
- appliquez directement sur la piqûre 1 goutte d’huile essentielle de tea tree (Melaleuca alternifolia). Renouveler l’opération toutes les 3’.
Ou

- appliquez sur la piqûre un coton imbibé de vinaigre pur ou de jus de citron. Tamponner (sans appuyer) la piqûre quelques minutes afin d’atténuer les rougeurs. [L’agent acide, neutralise l’alcalinité du venin]
NB : c’est seulement une fois ingérés et assimilés que les acides du citron sont métabolisés et transformés en composants alcalins.
Ou
Appliquez sur la piqûre une rondelle d’oignon ou d’ail.
L’homéopathie vous permet d’atténuer la douleur :  sucez 3 granules de Apis Mellifica 9CH et Ledum Palustre 9CH en alternance toutes les 30’.
  Abeille : appliquez un coton imbibé de bicarbonate de soude sur la piqûre. [Cet agent, alcalin, neutralise l’acidité du venin.]
 
  Les piqûres de guêpe ou d’abeille peuvent provoquer trois types de réaction :
- la réaction locale,  la plus fréquente, nécessite rarement l’intervention d’un médecin.
- la réaction toxique dépend, elle,  du nombre de piqûres ; elle peut donc rendre nécessaire une consultation médicale.
- la  réaction allergique, qui peut se déclencher après une seule piqûre, est une urgence médicale pour laquelle une hospitalisation est souvent nécessaire.
 
                                                                                                                  L’aiguillon chez la reine et le mâle
"La reine ne pique que d’autres reines vierges, juste nées ou à naître sous peu, et ce, dans un très court laps de temps.
Ainsi, s’assure-t-elle la suprématie des mâles lors de la fécondation avant d’instaurer une nouvelle colonie. Elle doit donc pouvoir piquer plusieurs fois, ce qui explique que son aiguillon est lisse. Après la piqûre, le dard peut être rétracté et la reine ne meurt pas.
C'est la raison pour laquelle le réservoir à venin est 2 à 3 fois plus volumineux que celui de l’ouvrière.

Ainsi les humains sont-ils victimes des abeilles ouvrières et non des reines.
Quant aux mâles, leur appareil venimeux est avorté et ils ne peuvent pas piquer."

                                                                         Le dard dérive d’un organe de ponte
 "Chez certains insectes comme les abeilles, les ouvrières possèdent un organe de ponte atrophié. 
 Le dard d’une abeille ou d’une guêpe est une modification de l’organe de ponte, l’ovipositeur.
  Voilà pourquoi les mâles ne peuvent pas piquer !

  Un ovipositeur (ou tarière) désigne un appendice abdominal rencontré chez des femelles de nombreuses espèces d’insectes. Souvent long et effilé, il sert à déposer les œufs en des lieux favorables à leur incubation (sol, végétation ou corps d’un hôte). Chez les sauterelles, cet organe de ponte a typiquement la forme d’un sabre. [...]
 Les femelles des symphytes déposent leurs œufs près de la source de nourriture de la future larve via leur tarière.
 Chez les femelles des apocrites térébrants, les sécrétions des glandes accessoires se modifièrent
ensuite, pour devenir des venins propres à paralyser la proie sans la tuer. L’ovipositeur remplit alors une double fonction : injection de venin et dépôt de l’œuf.
 Chez les apocrites aculéates, l’émission des œufs est assuré par un orifice de ponte et l’ovipositeur est devenu un organe d’injection du venin pour paralyser ou tuer des invertébrés ou causer des dommages à des vertébrés."


Et les abeilles sauvages ?
   Seule l’abeille domestique, celle que nous connaissons et qui vit en ruche, possède un aiguillon dentelé.
Ce n’est pas le cas pour les abeilles sauvages (à lire :
Saviez-vous que les abeilles solitaires sont plus nombreuses que les abeilles sociales ?) 

 ◄  Compléments                                                                                                                                                    ►
                                             MELANGES / MISCELLANEES [extraits]
 - LES MOULINS : Généralités 
 
- LE COUT DE LA VIE :  les valeurs des monnaies.
 - TRADITIONS LOCALES :  La Fête de la Rosière
 - SPECIALITES REGIONALES :- horticoles : la rose de Provins
 
                                                       - gastronomiques : la moutarde de Meaux/Pommery, les niflettes, les fromages de Brie,
                                                                    la soupe champenoise
                                                        - sucrées :  Les sucres d’orge des religieuses de Moret  -  Les bonbons au coquelicot
                                                        - viticoles : le vignoble francilien - le raisin Noah (ou Noa) ou "framboisie"
- LINGUISTIQUE - TOPONYMIE :- Les moulins sur l'Orvin  et le ruisseau de Charriot
 
                                                          - Polémiquel'Yonne coule à Paris et  Montereau-Fault-Yonne devrait s'appeler Montereau-Fault-Seine
                                - LEXICOLOGIE : - Vocabulaire
                                                           
Le Patois briard - vocabulaire
                                                           
Le Patois briard - expressions 
          MELANGES / MISCELLANEES 1- page complète                                                ►MELANGES / MISCELLANEES 2- page complète
                                                                                        ▼                                                                                                                                                                retour : le plan du site


Actualités